Réalité augmentée et virtuelle, intelligence artificielle… faisons l’inventaire des nouveautés technologiques

Avec les avancées régulières des nouvelles technologies, de nouveaux termes et outils font leur apparition. Difficile de vous y retrouver parmi toutes ces nouveautés ? Entre réalité augmentée, réalité virtuelle, ou encore, intelligence artificielle, voici un tour d’horizon vous présentant ces nouvelles technologies, qui s’annoncent être à coup sûr, les tendances de demain.

La technologie poussée au maximum

Les professionnels des technologies l’ont bien compris, les prochaines décennies s’annoncent comme interactives. Pour cela, ils ont décidé de pousser au plus loin les divers outils technologiques mis à notre disposition. Smartphones dotés de GPS, d’intelligence artificielle, d’applications permettant la réalité augmentée, nouvelles consoles de jeux vidéo permettant de plonger en totale immersion grâce à la réalité virtuelle… Bref, des nouveautés pour nous pousser encore plus vers une digitalisation au quotidien et dont nous ne pourrons bientôt plus nous passer.

Réalité augmentée

La réalité augmentée, appelée aussi RA, est une technique numérique permettant de visualiser en temps réel un élément (texte, image 2D ou image 3D) dans une image réelle. Cela ne vous paraît pas clair ? Voyons un exemple.

L’exemple de Pokémon Go

Vous avez sans doute entendu parlé de l’application Pokémon Go. Celle-ci permet de voir apparaître des Pokémons (créatures du jeu vidéo) dans l’écran de votre smartphone, réglé en photo. En clair, alors que vous regardez l’écran de votre téléphone en mode photo, en pointant devant vous, un Pokémon apparaît dans l’environnement qui vous entoure. Sur votre pieds, sur votre bureau ou encore près d’un arbre devant vous.

L’intérêt pour votre TPE/PME

L’un des principaux atouts de la réalité augmentée est d’intégrer des éléments de synthèse dans votre quotidien. Cela permet par exemple de visiter un musée, en ayant les explications de telle ou telle œuvre  en temps réel via votre smartphone ou tablette dotée d’une fonction appareil photo/caméra. Autre exemple, cela peut aussi permettre d’afficher les prix, les mesures, les distances, ou même, faire apparaître le prochain immeuble en construction par exemple. Cela peut aussi donner lieu à des PLV interactives pour interagir avec vos clients. Bref, vous l’aurez compris, les possibilités sont nombreuses et les entreprises peuvent se régaler tant en termes de créativité que d’outils pour faciliter la vente.

Réalité virtuelle

La réalité virtuelle, appelée aussi RV, est une technique consistant à plonger le consommateur dans un univers virtuel. Souvent utilisé dans les jeux vidéo, la RV permet grâce au port d’un casque le plus souvent, ou de cabines d’immersion dans de plus rares cas, d’immerger le consommateur dans un univers totalement artificiel, dans lequel il pourra évoluer en fonction de ses actions réelles. Par exemple, prenons un jeu vidéo de gladiateur. Le joueur muni de son casque, sera totalement plongé dans une arène. S’il tourne la tête sur sa gauche ou sur sa droite, il verra tous les recoins de l’arène. Pour combattre, il devra alors agiter ses bras comme s’il tenait une épée. Tout cela en étant en fait, au milieu de son salon.

L’intérêt pour votre TPE/PME

Cela peut vous permettre de proposer à vos prospects de voir les avantages de vos produits et services. Si vous êtes une agence de voyage, vous pourriez proposer à votre client de faire un rapide tour de l’hôtel que vous souhaitez lui proposer, ou de l’île sur laquelle il hésite à partir. Si vous êtes un concessionnaire, vous pourriez faire découvrir les sensations du nouveau modèle de voiture que vous venez de recevoir. Là encore, les possibilités sont nombreuses.

Intelligence artificielle

L’intelligence artificielle, ou AI, est une procédé basé sur des algorithmes précis, visant à confier à une machine ou un robot des tâches habituellement réalisée par des humains. En clair, il s’agit de faire faire à moindre coût par une machine ce qu’un humain pourrait faire en un temps plus long et de façon plus coûteuse. C’est le cas des robots mis en place dans certains magasins, de SIRI, l’outil d’AI implanté dans les iPhones, ou encore, des chatbots que vous trouvez sur certains sites pour faciliter les échanges avec les consommateurs.

L’intérêt pour votre TPE/PME

Les avantages sont nombreux. Une expérience client plus poussée, des échanges plus rapides, des conseils sur le lieu de vente pour mieux guider vos clients et prospects sur les choix de produits ou services… Le tout, en réduisant votre budget car l’investissement dans un logiciel d’intelligence artificielle peut réduire vos besoins de salariés.


Le Mémo

3 nouveautés à explorer pour booster votre entreprise.


Articles similaires

Comment promouvoir un événement de votre entreprise sur Facebook ?

Vous avez prévu d’organiser un événement pour votre TPE/PME et souhaitez y inviter du monde et le relayer sur les réseaux sociaux ? C’est une excellente idée ! Mais savez-vous vraiment comment créer votre événement sur Facebook et surtout, comment le promouvoir au mieux ?

Comment créer un évènement Facebook ?

Tout d’abord rendez-vous sur la page Facebook de votre entreprise. Puis cliquez sur la rubrique « évènements » dans le menu de gauche.

1

Puis, cliquez sur l’un des boutons de création d’évènement.

2

Une fenêtre pop-up s’ouvre alors vous invitant à rentrer votre photo et les informations concernant votre événement.

3

Là, choisissez alors la photo de votre événement, le nom que vous souhaitez lui donner, ainsi que le lieu et l’heure. Soyez précis sur l’adresse, cela permettra à vos invités de cliquer et d’obtenir directement le guidage pour se rendre à votre événement.

Puis, ajoutez une courte description, ainsi que les mots-clés concernant cet événement.

4Voilà, votre événement est créé ! Vous pourrez alors consulter les statistiques et le nombre d’invités dans le menu à droite.

Comment promouvoir un évènement Facebook

Une fois votre événement créé, il vous faut a présent le promouvoir. Pour cela Facebook vous donne la possibilité d’y inviter du monde. Cliquez sur le bouton « Inviter » pour choisir votre façon d’inviter. En partageant sur votre page entreprise ou en invitant nominativement les invités.

5

Qui inviter ?

Réfléchissez à ceux qui pourraient être intéressés par l’évènement. S’agit-il de vos partenaires ? De vos collaborateurs ? De vos clients ? Est-ce un évènement ouvert à tous ? N’invitez pas trop de monde, mais soignez vos invités. Assurez-vous que l’endroit choisi permette d’accueillir vos invités sans être entassés.

Vous avez la possibilité de rendre cet événement public ou privé. Choisissez de le rendre privé si vous ne souhaitez pas que des prospects s’y rendent. Cela peut être le cas par exemple pour un événement dédié à vos partenaires ou collaborateurs.

Comment  rendre encore plus visible votre événement ?

Avez-vous pensé à utiliser Facebook Ads ? Il s’agit de l’outil dédié à la publicité conçu par et pour Facebook. Il vous permettra de mettre en avant votre événement moyennant un budget prédéfini. Découvrez comment faire dans cet article.


Articles similaires:

Google My Business, ce qui change !

Google My Business, vous connaissiez. L’annuaire local gratuit mis en place par le géant Google permettant de géolocaliser votre entreprise en fonction des recherche des internautes. Alors que son fonctionnement commençait à être apprivoisé par le plus grand nombre, Google a décidé de remplacer son algorithme par un nouveau nommé « Opossum ». Mais alors que doit-on attendre de ce changement majeur ? Les premières réponses ici.

Un nouvel algorithme

Au début du mois de septembre, le lancement de Google Opossum a bouleversé le SEO local. Vous l’avez sans doute remarqué, les résultats de recherche n’étaient plus les mêmes. Cela est dû donc, à la mise en place d’un nouvel algorithme local. Ce que cela impacte c’est l’ordre des résultats lors de recherche sur Google Maps.

Les 5 changements majeurs

Des recherches étendues

Désormais, les résultats d’une requête locale s’étendront de façon plus large, afin de permettre aux entreprises à proximité d’être référencées, ce qui pouvait ne pas être le cas jusqu’alors. Ainsi, si l’internaute tape « plombier Toulouse », les artisans situés aux abords de la ville apparaitront également dans la liste des résultats.

Une concurrence plus rude

Dans sa volonté d’éliminer les doublons, le nouvel algorithme de Google référencera désormais moins bien les entreprises partageant la même adresse et la même profession. Ce sera donc le cas par exemple pour les avocats partageant un cabinet, ou pour des kinésithérapeutes partageant les mêmes locaux. En revanche, si les données sont correctement renseignées, l’internaute aura accès au détail des entreprises en cliquant sur le résultat.

Des résultats adaptés

Désormais, il ne suffit plus d’être correctement référencé sur des termes génériques comme « architecte Nantes ». Ce qui prime est la localisation de l’internaute effectuant la requête. Les résultats proposés seront ceux le plus proche de sa localisation afin de proposer des services toujours plus adaptés.

Une différenciation entre résultats organique et locaux

Pour rester simple, avant les robots Google My Business et Google se croisaient avant de vous annoncer des résultats lors qu’une requête. Avec Google Opossum, les connexions entre ces 2 algorithmes sont moins croisées et un site très bien référencé de façon naturelle, c’est à dire grâce à son contenu, pourra ne pas être correctement référencé au niveau local. À vous donc, de soigner les deux types de référencement afin d’optimiser vos chances de sortir du lot. Mais l’inverse est aussi vrai ! Si votre site n’est pas dans les premiers résultats organiques, il se peut qu’il soit dans les premiers grâce au référencement local. Une mise à jour de votre référencement s’impose donc rapidement.

Les mots-clés encore plus importants

Jusqu’ici, nous vous recommandions de bien choisir vos mots-clés afin d’optimiser votre SEO. Mais avec Google Opossum, les choses ne s’arrêtent pas là. Sachez qu’aujourd’hui, l’ordre des mots-clés impacte quelque peu les résultats. Ainsi, vous n’obtiendrez pas les mêmes résultats en tapant « boulangerie Paris » que « Paris Boulangerie. Tout sera une affaire de combinaison de mots-clés. La carte affichant les résultats sera elle aussi légèrement différente ou plus ou moins zoomée en fonction de la combinaison.


Le Mémo

Un ciblage plus large et plus adapté à l’internaute.


Articles similaires

Emailings : 6 règles pour ne pas finir dans les SPAMS

Si vous avez décidé en tant que TPE/PME de créer votre première campagne d’emailings, il vous faudra rester vigilent pour ne pas tomber dans le piège du SPAM. Mais qu’est-ce donc que le SPAM ? Tout simplement le terme utilisé pour désigner le courrier indésirable, vous savez, celui qui va tout droit dans la corbeille, sans même que votre destinataire l’ai lu. S’il est très facile de lancer une campagne d’emailing, il est un peu plus complexe de déjouer le filtre anti-spam. Voici quelques règles et conseils précieux pour vous éviter de finir à la poubelle.

La sursollicitation

S’il est de plus en plus difficile d’atteindre la messagerie des internautes, c’est que les fournisseurs d’accès Internet (appelé aussi FAI), et les messageries redoublent d’effort pour les protéger. En effet, avec l’ère du tout Internet, la quasi intégralité des entreprises, petites ou grandes, ont pris d’assaut les boites mails de leurs prospects et clients. Face à cette sur sollicitation, les barrières sont devenus nombreuses. Voilà pourquoi il est essentiel de fournir un contenu concis, pertinent pour assurer la délivrabilité de votre email.

Sur quoi se basent les filtres ?

Les filtres anti-spams se basent sur plusieurs critères. L’un des plus importants est le spamwords. Il s’agit d’une liste de termes à éviter pour ne pas filer directement à la benne.

Attention, cela ne veut pas dire que vous avez interdiction d’employer ces mots. Simplement de les utiliser à bon escient et sans trop de répétition. Car c’est sur la multitude de spamwords et leur combinaison que les filtres vont se baser.

Par exemple, vous pouvez utiliser le terme « promotions » mais évitez de le marier aux termes « réductions », « exclusives », « promotionnelles »…

Nos conseils

1- Être à jour

Certes, il n’est pas toujours simple de collecter les informations permettant de définir une bonne base de données. Mais il est impératif de mettre à jour régulièrement cette base, si vous voulez optimiser votre délivrabilité.

Si un email vous revient, évitez d’insister. Supprimer l’adresse de votre base de donnée. De même, si vous recevez des demandes de désabonnement ou de désinscription à votre newsletter, n’insister pas et cessez immédiatement tout envoi. Vous avez tout à gagner à avoir une base de donnée à jour.

2- Montrer patte blanche

Parmi le flot de courriers que reçoivent quotidiennement les internautes, si vous voulez avoir une chance d’être lu, identifiez-vous. Pour cela, choisissez une adresse mail clair et valide.

Si vous avez un nom de domaine au nom de votre entreprise, créez-vous une adresse depuis ce site. Attention toutefois, évitez les info@ZZ ou postmaster@CC ou encore Contact@SS. Préférez votre prénom@votre nom de domaine.

Il en va de même pour votre nom d’expéditeur. Evitez de laisser votre destinataire dans le flou. Une fois votre nom d’expéditeur et votre adresse email créé, évitez d’en changer. Vos lecteurs sauront ainsi reconnaître vos emailings et choisiront plus facilement de vous lire.

3- Susciter la curiosité

Pour donner envie à vos destinataires d’ouvrir votre email, il faut l’attirer, attiser sa curiosité.

Soignez l’objet de votre email. Il est comme le titre d’un livre. Il doit donner envie sans trop en dire. Choisissez donc un objet concis, qui en dit suffisamment mais pas trop.

Pas si simple ? Rassurez-vous, cela n’a rien de trop compliqué. Il suffit de vous mettre à la place des internautes. Quels emails vous donneraient envie d’être ouverts ?

Les pièges à éviter

  • Evitez les majuscules
  • Limitez les caractères spéciaux comme €, %, !..
  • N’employez pas les spamwords tels que : gagnant, félicitations, promo, réductions…

4- Rendre l’internaute unique

Pour cela, personnalisez au maximum votre message. Insérez le prénom de votre destinataire, si vous en avez la possibilité, rappelez lui sa dernière commande et prenez des nouvelles de son achat.

Par exemple : Cher Audrey, êtes-vous satisfaite de votre récent achat chez nous ?

5- Ne pas le noyer

Evitez d’assaillir vos destinataires d’emailings à tout va. Il vaut mieux en envoyer moins mais avec des informations pertinentes que de les noyer sous un flot constant de messages.

6- Semer les emails

Essayez de cadencer, c’est-à-dire de répartir vos envois sur plusieurs jours. En effet, les serveurs ont tendance à suspecter un email faisant partie d’un grand nombre d’envoi simultané.

 


Le Mémo

Soyez malin et montrez qui vous êtes.


Articles similaires

Comment savoir si votre campagne emailing fonctionne ?

J’envoie ma première newsletter

A quels moments communiquer avec vos clients ?

Que faut-il publier sur votre Page Facebook ?

Artisans, TPE/PME, vous avez osé passer le cap Facebook et avez créé une page pour votre entreprise. Une bonne chose de faite. Néanmoins, il vous faut malgré tout connaître quelques trucs et astuces afin d’assurer à votre page une visibilité optimum en fonction de vos publication. En effet, l’audience, c’est-à-dire le public potentiel de lecteur, ne sera pas la même qu’il s’agisse d’une photo, d’un article ou d’une vidéo. Mais alors comment savoir ce qu’il faut publier pour maximiser vos chances de réussite ? Nous revenons pour vous sur le B.A.ba de la publication sur Facebook pour vous accompagner pas à pas dans votre conquête du réseau social.

Avant propos

Avec l’essor du géant omniprésent Facebook, les marques et entreprises comme la vôtre, ont de plus en plus de mal à sortir du lot au travers de leurs publications. Bien sûr, il existe une solution payante, proposé d’ailleurs par Facebook lui-même, appelée Facebook Ads, ou publicités Facebook en français.

Cette offre propose de générer des publicités, visibles en fonction d’une audience que vous aurez au préalable défini. Beaucoup d’entreprises accordent un budget, conséquent ou non, à ce système de régie publicitaire qui propose aux utilisateurs Facebook des « suggestions » redirigeant vers la page de l’entreprise.

Pourtant, il est possible de publier des posts efficaces de façon gratuite. Il s’agit pour cela de connaître votre cible, votre audience, et d’adapter votre contenu à celle-ci.

Newsfeed ranking algorithm

Ce nom qui peut sembler barbare n’est en fait rien d’autre que le nom donné par Facebook à son algorithme. C’est ce système qui définit quelle publication est la plus adaptée au flux d’actualité de chaque utilisateur.

En effet, comme vous le savez, les utilisateurs sont connectés à plusieurs centaines d’amis, aiment plusieurs pages de marques, d’artistes, d’entreprises en tout genre. Chacune de ses pages, publie régulièrement du contenu ce qui génère des milliers de publications quotidiennes.

L’algorithme de Facebook, sélectionne alors les publications qu’il estime être les plus pertinentes afin de les faire apparaître dans le flux d’actualité de chaque internaute. Pour faire simple, plus votre publication suscite l’intérêt de vos abonnés, plus elle a de chance d’apparaître dans le « newsfeed ».

À noter

Chacune de vos publications n’apparaitra donc pas systématiquement dans le flux d’actualité de chacun de vos abonnés. Mais alors quel contenu choisir pour une portée optimale ? Comment faire pour que votre publication apparaisse, de façon naturelle ?

Les vidéos

Leader des publications les plus consultées, elles représentent à elles-seules 8,7% de portée, appelée aussi Reach.

Soignez vos vidéos, proposez du contenu de qualité, pensez à ne pas négliger la bande son. Quelques idées de vidéos : vous pouvez présenter votre société, votre nouvelle machine, faire un tutoriel sur l’utilisation de l’un de vos produits… la liste est aussi longue que variée.

Les statuts

En seconde position, arrive la publication généralement courte, composée uniquement de texte. (5,8%). Cela s’explique par le flot d’actualité auquel sont confronté les utilisateurs.

Une publication courte, lisible en un coup d’œil saura davantage les séduire qu’un long pamphlet, qui lui, aura plutôt tendance à les rebuter. Pour votre entreprise, pensez à mettre en avant votre actualité. Si vous êtes présent sur un salon, sur un marché, lors d’une foire, pensez à le faire savoir !

Les statuts peuvent également vous permettre d’annoncer une réduction ou une offre promotionnelle en cours.

Les liens

Ensuite, viennent les publications comportant un lien. Pour votre TPE/PME, il peut être intéressant de promouvoir les articles publiés sur votre blog, un lien renvoyant à votre dernière vidéo publiée sur Youtube, un lien renvoyant à un site qui parle de vous…

Les photos

Enfin, les photos arrivent en 4e position. Pour que celles-ci soient regardées et likées, il vous faut impérativement soigner la prise de vue.

Pour votre entreprise, vous pouvez par exemple, mettre en avant l’une de vos dernières réalisations, l’arrivée d’un nouveau produit, la rénovation de votre boutique…

En conclusion

Pour conclure cet article, il semble important que vous ayez conscience que pour une portée optimale, pour augmenter votre audience et l’engagement, il vous faudra varier les contenus, et surtout veiller à ce que ce contenu soit pertinent, c’est-à-dire qu’il sache intéresser vos fans.

 


Le Mémo

Engagement : nombre d’actions générées par la publication

Audience : public défini

Portée : nombre de vues réalisée par la publication


Articles similaires

5 astuces pour créer du contenu facilement pour votre site internet

Quel est le meilleur moment pour publier sur les réseaux sociaux ?

Utilisation des réseaux sociaux : les pièges à éviter

Commerçants de proximité, pourquoi Internet peut devenir votre meilleur ami ?

Que vous soyez boulanger, fleuriste, garagiste, plombier, coiffeur, boucher ou libraire, vous avez tous besoin d’un site pour apparaître dans les résultats de la recherche. Pourquoi ? car vos prospects vont vous chercher sur les moteurs de recherche pour obtenir des renseignements ou simplement connaître votre existence. Sans quoi, vos concurrents apparaitront dans les résultats et vous priveront de ces précieux nouveaux clients. Pour éviter au maximum que cela se produise, il vous faut un site, certes, mais également être convenablement référencé. Pour cela, il vous faut suivre une procédure simple : le choix des mots-clés.

Les mots-clés, vos meilleurs alliés

Les mots-clés sont les termes ou expressions qui vont permettre aux internautes de vous trouver. Ils serviront à vous référencer. Par exemple, si vous êtes libraire à Brest, il peut être malin d’opter pour les mots-clés suivants : livre, librairie, Brest, Finistère… Cela permettra aux moteurs de recherche d’associer ces termes à votre site Internet. Ainsi, si un prospect effectue une recherche avec « librairies à Brest », 2 de vos mots-clés renverront à votre site. Si choisir les bons mots-clés n’est pas bien compliqué, cela peut parfois prendre du temps. Mais le jeu en vaut la chandelle.

Le référencement

Le référencement, qu’il soit naturel (SEO) ou payant (SEA) est primordial pour la visibilité de votre site. Pour cela, soigner vos mots-clés est une première étape. Vous pouvez également opter pour une campagne Google AdWords, qui vous permettra, contre un budget défini, de booster votre référencement.

Quelles informations et services proposer sur votre site ?

La liste des renseignements ou services que vous pouvez mettre à disposition sur votre site Internet est longue mais il en est des incontournables :

  • Vos coordonnées, incluant l’adresse, le numéro de téléphone, les horaires d’ouvertures, l’email,  indispensables pour la prise de contact.
  • Vos tarifs, cela peut permettre de vous distinguer de vos concurrents en affichant des tarifs attractifs.
  • Vos produits et services proposés, afin d’attirer le prospect et de le séduire par vos produits. N’hésitez pas à illustrer vos produits et services par des photos.
  • Votre savoir-faire, présentez votre entreprise, vos réalisations afin de montrer aux internautes votre savoir-faire inégalé.
  • La prise de RDV en ligne, cela peut vous faire gagner du temps et favoriser les prises de RDV.
  • La vente en ligne de vos produits, si vous souhaitez vous lancer en e-commerce, ou élargir votre clientèle. Pour cela il vous faudra soit opter pour un site réalisé par un prestataire spécialisé, soit opter pour une plateforme de vente en ligne.

 


Le Mémo :

S’adapter aux nouvelles habitudes des consommateurs pour survivre

 


Articles similaires :

Numérique : le bilan des usages et tendances des internautes en 2015

Tout comprendre du jargon du référencement d’un site internet

Débuter en e-commerce : nos conseils

Comment créer l’identité visuelle de votre entreprise?

Toute entreprise, peu importe sa taille se doit d’avoir une identité visuelle définie. Une identité visuelle, c’est quoi ? C’est l’image que vous renvoyez, que vous véhiculerez auprès du monde extérieur.

Pour que la communication de votre TPE/PME soit cohérente, il est important de bien définir votre façon de communiquer en amont et de s’y tenir. Voici quelques règles à suivre pour créer correctement son identité visuelle.

L’identité visuelle

Si vous êtes déjà en train de vous dire que créer l’identité visuelle de son entreprise n’est pas une mince affaire, vous avez raison. En effet, c’est elle qui va définir l’image de votre entreprise. Vous comprendrez donc qu’il est essentiel de soigner cette identité visuelle et de définir en amont ce que vous souhaitez véhiculer. L’identité visuelle de votre société, est comme les vêtements que vous portez. Dites-vous que c’est la première chose que verront vos prospects et clients. Elle doit donc correspondre à vos valeurs, votre image. Elle est composée de différents éléments : le logo, votre signature, votre charte graphique, le traité de vos photos, le choix des couleurs utilisées… Une fois définie, votre identité visuelle sera présente sur tous vos supports, qu’il s’agisse de votre carte de visite, vos dépliants, en passant par votre site Internet.

Quelles questions se poser en amont ?

Avant de créer votre identité visuelle, vous devez vous poser certaines questions.

Mon image 

La première et non des moindres : que voulez-vous que votre image reflète ? Êtes-vous une entreprise jeune, dynamique, innovante ? Ou êtes-vous plutôt une entreprise traditionnelle, avec un fort héritage ? Vous comprendrez que selon ce que vous souhaitez refléter, l’identité ne sera pas la même. Par exemple, un restaurant aux spécialités du terroir n’aura pas la même image qu’un fast food. Cela peut sembler logique, et pourtant, bon nombre de sociétés négligent leur identité visuelle, au risque de se voir confondue ou de mener en erreur les prospects.

Mes valeurs

Quelles valeurs voulez-vous véhiculer ? Que voulez-vous que pensent vos clients et prospects ?

Ma cible

Quel public visez-vous ? Qui sont vos prospects ? Qui sont vos clients actuels ? Cela est déterminant pour établir votre identité visuelle, car vous devez être en cohérence avec le public que vous souhaitez cibler. Et après ?

Rédiger un brief cohérent

Une fois que vous êtes convaincu de votre identité, et que vous avez trouvé les réponses à vos questions, vous devrez établir ce que l’on appelle un « brief ». C’est-à-dire, mettre à plat ce que vous souhaitez refléter, votre cible, les supports que vous souhaitez avoir (logo, cartes de visite, site Internet, flyers…),  et bien sûr, votre budget.

Quel prestataire choisir ?

Créer une identité visuelle doit être fait par un professionnel, une personne spécialisée. On ne s’improvise pas graphiste ! L’identité visuelle doit être réfléchie, et seul un professionnel saura répondre à vos attentes et votre brief, en apportant une valeur ajoutée. Vous pouvez faire appel à une agence spécialisée, ou à un prestataire indépendant. L’essentiel est de se mettre d’accord dès le départ sur le budget, les délais, et les supports. Le bouche-à-oreille est souvent un bon outil pour trouver la bonne personne. Si le logo d’une entreprise vous plait, n’hésitez pas à leur demander le nom du prestataire.


Le Mémo :

Définissez en amont vos objectifs et faites appel à un professionnel.


Articles similaires :

Créer son site web : oui mais à quel prix ?

Quelle solution choisir pour la création de votre site Internet ?

Créer son site Internet : 4 idées reçues à combattre

 

7 conseils pour une vidéo d’entreprise réussie

En tant que chef d’entreprise, vous avez décidé de créer votre première vidéo professionnelle. Si l’initiative est totalement louable, il faut cependant bien tenir compte des pièges à éviter si vous ne voulez pas que cette vidéo vous fasse défaut. En effet, si le but initial d’une vidéo d’entreprise est de mettre en avant la société, son savoir-faire, son histoire… cela peut tout aussi bien se transformer en carnage si la vidéo n’est pas réussie. Voici donc les principales erreurs à éviter pour obtenir un résultat optimal pour votre vidéo.

Une vidéo ? Pour quoi faire ?

Si vous êtes encore hésitant, voici quelques bonnes raisons de vous lancer dans votre première vidéo d’entreprise.

Le support de prédilection du web

Sur Internet, la vidéo fait sensation. Vous avez beaucoup plus de chances de voir votre vidéo consultée par les internautes qu’un article publié sur votre site ou sur les réseaux sociaux. C’est ainsi. Aussi, créer votre vidéo d’entreprise augmente vos chances d’être vu et de toucher vos clients potentiels.

Valoriser vos collaborateurs

Dans votre vidéo, vous pouvez également mettre en avant vos salariés, vos partenaires… Une excellente façon de valoriser vos collaborateurs et de les fédérer !

Mettre en avant vos produits et services

Evidemment, la principale fonction de votre vidéo est de mettre en avant vos produits et services afin de donner envie aux internautes de faire appel à vous. D’accord, mais comment être sûr de bien s’y prendre ?

Nos conseils pour une vidéo réussie

Avant de vous lancer, préparez le tournage de votre vidéo d’entreprise. Vous éviterez ainsi de tomber dans certains pièges classiques.

1- Un thème unique

Pour votre vidéo d’entreprise, vous devez impérativement n’aborder qu’une thématique. S’il s’agit de présenter votre entreprise, vos salariés, n’essayez pas d’incorporer une présentation détaillée d’un de vos produits. Il en va de même si vous souhaitez proposer une vidéo sur l’un de vos services. Evitez de présenter vos collaborateurs, vos locaux, votre boutique dans la même vidéo.

Ce que vous devez retenir : une vidéo = un sujet abordé.

2- Une vidéo soignée

Son, lumière, résolution de l’image, cadrage… Vous devez tout vérifier en amont afin de ne pas proposer à vos prospects une vidéo de mauvaise qualité. Pourquoi ? Tout simplement parce que votre vidéo est faite pour donner envie. En visionnant une vidéo sombre, à la bande sonore de basse qualité, l’internaute aura vite fait de couper court à la vidéo et de fermer la page. De plus, cela risquerait de nuire à votre image de professionnel. À vous de soigner la réalisation de votre vidéo si vous voulez séduire les internautes et donner une image professionnelle à votre entreprise. Pour une qualité garantie de votre vidéo, vous pouvez faire appel à un prestataire.

Ce que vous devez retenir : son & image soignés = qualité & gage de sérieux.

3 – Une durée limitée

Sur Internet, les internautes flânent et n’ont pas envie de visionner des heures durant des vidéos d’entreprises. Rien ne sert donc, de produire une vidéo de 10 minutes. Préférez une vidéo courte, voire même plusieurs vidéos courtes si vous souhaitez aborder plusieurs sujets. Limitez donc la durée de votre vidéo.

Ce que vous devez retenir : vidéo courte = efficacité

4 – Garder le rythme

Rien de pire qu’une vidéo faisant défiler des photos, surtout de façon lente et sans rythme. Préférez donc une vidéo dynamique, où chaque plan ne dure que quelques secondes, afin d’éviter tout ennui de la part des internautes. Idem, évitez de vous lancer dans des descriptions trop détaillées verbalement. Bien souvent, un visuel du produit ou du procédé sera bien plus efficace que des dizaines de mots pour l’expliquer.

Ce que vous devez retenir : une vidéo = dynamisme et plans variés, préférer les images aux mots.

5 – Capter l’attention

Cela vient en lien avec le point précédent. Pour capter l’attention des internautes, vous devez soigner les informations que vous souhaitez leur faire parvenir. Evitez les avalanches de chiffres, les informations ennuyeuses, qui n’ont d’intérêt que pour vous et vos collaborateurs. Il faut que les internautes aient envie de visionner votre vidéo jusqu’au bout. Notre conseil : racontez leur votre histoire, emmenez-les avec vous.

Ce que vous devez retenir : une histoire = un public captivé.

6 –  Un vocabulaire simple

Peut-être que votre profession comporte de nombreux termes spécifiques. Rappelez-vous néanmoins, que ces termes complexes sont bien souvent inconnus du grand public, ou très flous. Soyez donc simple dans le vocabulaire employé dans votre vidéo, évitez les mots compliqués ou trop spécifiques.

Ce que vous devez retenir : un vocabulaire simple = une meilleure compréhension.

7- Rendre sa vidéo crédible

Pour séduire de nouveaux clients et rendre votre vidéo crédible, deux critères sont essentiels. Le premier consiste à mettre en avant des témoignages, des retours d’expérience de clients, de collaborateurs. Oui, vous devez rendre humaine votre entreprise afin de créer de l’émotion chez les spectateurs et leur permettre de s’identifier plus facilement. L’autre critère est de montrer la preuve de ce que vous avancez. Si vous parlez d’un savoir-faire unique, montrez une de vos créations, si vous abordez un procédé technique complexe, n’hésitez pas à montrer une vidéo de votre machine en pleine action. Tout cela donne de la crédibilité à vos propos.

Ce que vous devez retenir : témoignages & démonstrations = plus de crédibilité.


Le Mémo :

Pour une vidéo réussie, il faut savoir capter l’attention de votre public.


Articles similaires :

Les ingrédients d’une vidéo d’entreprise réussie

Convaincre de nouveaux clients grâce à la vidéo d’entreprise

Comment être en règle lors de l’utilisation d’images sur le web ?

Comment être en règle lors de l’utilisation d’images sur le web ?

Pour illustrer le site Internet de votre entreprise, vous avez songé à incorporer des images, des photos, des illustrations… C’est une bonne chose, mais attention ! En termes d’images, Internet possède une réglementation et il vous faut impérativement veiller à être en règle pour éviter les désagréments fâcheux, comme à minima, une demande de retrait immédiate de la dite image, ou pire, une amende.

Tous Sur Internet revient pour vous sur les bases des conditions d’utilisation des images sur le web, selon les différents cas de figures.

Les images dont vous êtes l’auteur

Le premier cas de figure que nous allons voir est si vous êtes le photographe ou le dessinateur de l’image utilisée. Dans ce cas, il existe deux possibilités. S’il s’agit d’un paysage, d’une machine, de vos locaux… Dans ce cas, vous pouvez mettre en ligne votre photo sans inquiétude. S’il s’agit de vos collaborateurs, de vos clients… Dans ce cas, vous devez vous assurer de leur accord avant de mettre en ligne une photo sur laquelle apparaît une personne tierce. Cela s’appelle le droit à l’image, et vous ne pouvez contraindre une personne à figurer contre son gré sur votre site.

Les images en votre possession

Si vous avez fait appel à un prestataire pour la réalisation d’infographie, de visuels, de photos… Vous devez impérativement lui demander son accord écrit avant de publier les éléments sur votre site. Parfois, il vous faudra préciser le nom de la personne sur l’image ou en dessous. Cela s’appelle les crédits, appelé également copyright.

Les images trouvées sur Internet

C’est la partie la plus complexe lorsque l’on parle des images sur Internet. En effet, il existe des milliers d’images en ligne, à votre disposition…ou presque ! Car le problème est là. Bien souvent, vous ne pourrez utiliser comme bon vous semble ces images car elles appartiennent à leur auteur. Mais alors comment savoir lesquelles utiliser et comment les utiliser ?

Les images « libres de droits »
On appelle ainsi les images mises à disposition par leur auteur. Pour être certain de ne pas vous tromper, le mieux est de vous rendre sur des sites spécialisés dans ce type d’images et de cocher les cases correspondantes « à usage commercial », « à usage particulier »… Des sites comme Pixabay ou encore flickr.com peuvent vous être d’une grande aide.

Les images sous licence Creative Commons
Il existe un autre système mettant en ligne des milliers de photos prête à être utilisées librement. Cette communauté forte met donc à disposition des images au moyen de six types de licences et d’un statut de domaine public. Le site creativecommons.fr vous fournira toutes les informations nécessaires et un large choix d’images.

Les banques d’images
Enfin, l’une des possibilités est de faire appel à une banque d’images. Pour la majorité d’entre elles, les images seront payantes. Vous pourrez alors choisir entre un abonnement vous permettant de télécharger un certain nombre de photos ou pour un paiement à l’image par le biais de crédits. Le principe des crédits est simple : vous payez un certain montant qui vous donne droit à un certain nombre de crédits à utiliser comme bon vous semble sur leur site. Chaque image ayant un tarif différent de crédits. Istockphoto, Fotolia, Shutterstock sont des sites très utilisés.

Les risques

Sans tomber dans un scénario catastrophe, mieux vaut pour vous de rester dans la légalité pour vous éviter de payer des sommes parfois conséquentes et pour sûr, un retrait immédiat des images employées de manière illégale. Le Code de la Propriété Intellectuelle (CPI) est assez clair sur le sujet et les amendes encourues peuvent parfois être salées ! Ne vous y risquez pas.

Conclusion

Vous l’aurez compris, le plus simple reste encore de réaliser vos propres images pour éviter tout risque.


Le Mémo :

Boostez vos ventes avec une plateforme e-commerce.


Articles similaires :

TPE/PME : comment utiliser Instagram ?

Se lancer sur Internet : les pièges à éviter

Convaincre de nouveaux clients grâce à la vidéo d’entreprise

 

Restaurateurs, traiteurs : comment donner l’eau à la bouche à vos clients ?

Vous possédez une entreprise dans le secteur de la restauration ? Pizzeria, brasserie, gastronomie, traiteur… Quelle que soit votre spécialité, il est essentiel de donner envie à vos prospects. Plus votre site Internet donnera l’eau à la bouche aux internautes, plus vous augmenterez vos chances de les transformer en nouveaux clients. Voici donc quelques conseils pour vous permettre de valoriser vos plats et faire saliver vos futurs clients.

Un joli menu

Cela peut paraître inutile de prime abord, et pourtant, sachez que les internautes auront le reflexe de consulter votre menu avant de se rendre dans votre restaurant. Il est donc essentiel de soigner la présentation de votre menu virtuel. Imaginez un instant. L’un de vos prospects clique sur votre onglet menu, et une image floue, illisible apparaît. Que pensez-vous qu’il pensera de la qualité de vos plats ? Pire encore, imaginez qu’une fenêtre s’ouvre et que rien n’apparaisse ? L’internaute ira à coup sûr se tourner vers un autre établissement qui lui permettra de connaître à l’avance le contenu du menu. Pensez donc à soigner la présentation de votre menu en ligne, en vous assurant de sa lisibilité. Inutile de faire compliqué. Faites simple, propre et lisible.

Illustrez vos plats

Des photos et encore des photos ! Amis restaurateurs, montrez à vos prospects à quoi ressemblent vos plats. Donnez leur l’eau à la bouche, faites vibrez leur papilles. Bref, donnez leur envie. Pour cela, rien de mieux que de mettre en images vos plats. Prenez de belles photos, montrez votre restaurant, une table dressée. Montrez également que vous utilisez des produits frais. Mettez les en avant. Il faut que vous séduisiez l’internaute.

Comment prendre de belles photos de vos plats ?

Oui mais voilà, faire de jolies photos n’est pas tout le temps simple quand on ne s’y connaît que très peu. En particulier lorsqu’il s’agit de nourriture, de produits frais. Les plats peuvent rapidement paraître fades ou ne pas donner envie. Alors comment faire ? Voici quelques conseils.

Le bon éclairage

Pour que vos aliments aient l’air frais, il vous faut impérativement une lumière vive. Placez vos plats bien dans la lumière et évitez les ombres.

Le cadrage

Evitez le plan basique d’une assiette au centre avec les couverts sur les côtés, prise du dessus. Préférez les gros plans. Prenez par exemple un gros plan d’une côte de bœuf, pour montrer la grande taille de la pièce.

La propreté

Cela peut paraître évident, mais il nous paraissait important de le rappeler. Soignez la propreté de la table, de l’assiette, des produits à photographier. Ne laissez pas une tâche de sauce sur la nappe, ou une trace de doigt sur le rebord de l’assiette. Ce ne sont que des détails mais ils peuvent nuire à l’image de votre établissement. Il en va de même pour les photos montrant votre restaurant. Evitez de prendre une photo avec un parapluie qui traine dans le fond, ou tout objet sur le comptoir qui pourrait donner une apparence négligée. Nettoyez bien vos légumes et vos fruits si vous souhaitez montrer vos produits frais. L’internaute sera davantage séduit par une belle carotte d’un bel orange que par une carotte encore tachée de terre ou de sable.


Le Mémo :

Faites saliver les internautes !


Articles similaires :

6 conseils pour publier vos photos sur votre site Internet pro

Comment être en règle lors de l’utilisation d’images sur le web