Formation des employés : votre meilleur atout pour une transformation numérique réussie

Vous avez une entreprise de petite ou moyenne taille et vous avez décidé de suivre le grand virage du numérique. Un premier pas vers la nouveauté et la mise à jour de vos divers outils. Pour ce faire, vous avez sans doute investi dans de nouveaux logiciels, de nouvelles machines allant dans cette direction. Oui, mais avez-vous pensé à former vos salariés à ces nouveaux outils ? Savent-ils se servir de cette nouvelle machine que vous venez d’acquérir ?

Avant-propos

Avec la transition numérique en marche, il est devenu indispensable pour toute entreprise souhaitant développer son chiffre d’affaire et survivre face à la concurrence, de s’adapter en optant pour la digitalisation. Qu’il s’agisse de nouvelles façon de travailler, de nouveaux logiciels installés ou de nouveaux appareils dont vous avez récemment fait l’acquisition, de nouveaux usages vont alors s’appliquer au sein de votre entreprise. L’objectif : un gain de temps et d’argent tout en augmentant le rendement et facilitant les échanges avec vos divers interlocuteurs.

Pourquoi former vos salariés ?

Mais alors, à quoi bon s’équiper en nouveau matériel si personne dans votre TPE/PME ne sait les utiliser ? Pourquoi donc investir dans de nouveaux outils si aucun de vos salariés ne saura en tirer parti au maximum ? Vous comprendrez donc aisément pourquoi il est indispensable pour booster votre rentabilité de former vos salariés et leur apprendre à appréhender ce tournant numérique qui risque de révolutionner votre façon de travailler.

L’exemple d’Orange

Prenons l’exemple de la grande entreprise qu’est Orange. Ses cadres dirigeants ont tous suivi une formation à San Francisco afin de mieux comprendre et appréhender les nouveaux outils mis en place par leur compagnie. Car l’innovation ne se devine pas, elle s’apprend. De retour de leur formation, ces cadres dirigeants ont à leur tour pu former leurs équipes pour optimiser l’utilisation de ces nouveaux outils digitaux.

Des salariés en demande

D’après différentes études, il s’avère que les salariés sont en demande de formation et d’accompagnement. Ils souhaitent progresser, évoluer et donc apprendre de nouvelles choses, et ce, quel que soit leur âge ! De plus, plus de 64% d’entre eux souhaitent acquérir de nouvelles compétences numériques.

Les moyens à votre disposition

Former ses salariés ne s’invente pas. Si vous pouvez bien entendu former vous-même vos employés, il n’en reste pas moins qu’une véritable formation serait sans aucun doute plus efficace. Mais alors, quels sont les moyens mis à votre disposition pour y arriver ?

Les formations

En premier lieu viennent les formations « traditionnelles ». Durant une durée déterminée (quelques jours, une semaine…), vos salariés se rendront dans un lieu de formation suivre des cours dispensés par un formateur agréé. Autre possibilité, vous pouvez faire venir un formateur dans l’enceinte de vos locaux afin de former vos salariés directement sur place.

Le e-learning

Si vous souhaitez laisser vos salariés s’auto-gérer, vous pouvez opter pour une solution numérique : le e-learning. Ces cours en ligne privés permettent à vos salariés de se gérer seuls en suivant les cours… en ligne.

Les MOOC

Alternative à l’e-learning, vous pouvez choisir de proposer à vos salariés des MOOC. Le MOOC (pour Massive Open Online Courses, soit formation en ligne massive ouverte à tous en français) est un cours gratuit dispensé à des milliers d’internautes. Ni photocopies, ni livres, ni aucun outils physique, tout se passe en ligne.

Les certifications

Permettre à vos salariés de suivre une formation pour obtenir une certification est une excellente initiative pour votre entreprise. D’abord parce que cela est valorisant pour eux. Ils acquièrent de nouvelles compétences et en sont reconnus. Pour votre entreprise, cela signifie donc que vos employés seront toujours plus qualifiés pour convenir à vos besoins et donc, plus performants.


Le Mémo

Former vos employés pour tirer le meilleur de votre transition numérique.

Source : cabinet ELEAS


Articles similaires

TPE, pourquoi est-ce une bonne idée d’ouvrir votre page Facebook Entreprise ?

Depuis que l’omniprésent Facebook a lancé ses pages Facebook Entreprise, un nombre considérable d’entreprises se sont lancées dans l’aventure de la création d’une page. Mais cet intérêt pour cet outil est-il vraiment mérité ? Pour une TPE/PME comme la vôtre, Facebook Entreprise a-t-elle un réel avantage ? Jetons un œil ensemble à ce nouvel eldorado.

Avant-propos

Vous connaissez le géant Facebook, ce fameux réseau social créé par Mark Zuckerberg mettant en relation les différents internautes faisant partie d’une même communauté. Oui, ça, c’était bel et bien l’idée originelle. Mais avec le temps, ce média social s’est imposé comme étant LE média social de référence. Désormais, stars, internautes, marques, chaines de TV, tout le monde a sa page Facebook. Il était donc logique que les pages dédiées aux entreprises voient le jour, offrant une présentation et des fonctionnalités quelque peu différentes des pages classiques.

Page Facebook Entreprise, kézako ?

Une page Facebook Entreprise, appelée aussi Fan Page, possède quelques fonctionnalités que les pages personnelles n’ont pas et réciproquement. Les membres peuvent s’abonner (en cliquant sur «j’aime ») à votre page Entreprise et voir alors dans leur flux d’actualités vos différentes publications. Le gros avantage de la Page Facebook Entreprise est qu’elle permet une véritable séparation avec votre compte perso. Pas de trace de vos photos de vacances ou de vos après-midi avec vos enfants. Ici, le contenu sera publié au nom de votre TPE/PME et vos réponses aux commentaires également.  L’autre avantage est que cette page sera référencée par les robots Google. Cela permettra de générer du trafic sur la page et d’optimiser votre e-réputation, c’est-à-dire votre réputation en ligne.

Faut-il y aller ?

Avec plus d’un milliard d’utilisateurs, dont 28 millions en France, vous imaginez bien qu’être sur Facebook est devenu indispensable. Et pour une TPE/PME comme la vôtre, la différenciation entre compte privé et compte entreprise se doit d’être faite. Votre page Facebook Entreprise est un excellent moyen de faire parler de vous et surtout de prendre la parole de façon publique pour annoncer vos diverses actualités.

Quel intérêt ?

Si vous hésitez encore, voici quelques bonnes raisons de créer votre page.

Un contact avec vos clients

Grâce à votre fan page, vous permettez à vos clients de garder le contact avec votre entreprise. Qu’il s’agisse de suivre votre actualité, ou d’échanger directement avec vous, votre page vous sera très utile pour garder un lien avec vos clients et les fidéliser.

Se différencier de la concurrence

Sur votre page, vous pourrez communiquer comme bon vous semble, et parler de votre vision, de vos produits et services. Vous pourrez illustrer vos propos par des photos ou des témoignages de clients satisfaits. Bref, vous pourrez parler de vous et de vos atouts. C’est aussi comme cela que vous vous distinguerez de vos concurrents. De plus, il y a fort à parier que vos concurrents direct aient déjà leur page, alors sautez vite le pas pour rattraper votre retard et ne pas passer à côté de clients potentiels.

Séduire de nouveaux clients

Référencée sur Google, vous optimisez vos chances de voir des prospects vous contacter, vous créez un nouveau canal de communication entre vous. Et c’est une bonne initiative pour augmenter votre chiffre d’affaire !

Une gestion simple

Enfin, l’un des atouts de la page Facebook Entreprise, outre le fait qu’elle soit gratuite, reste sa simplicité d’utilisation. Quelques minutes suffisent pour créer votre page et une fois celle-ci créée, sa gestion quotidienne est très simple.

Un conseil, n’attendez plus pour vous lancer !


Le Mémo

Parfait pour optimiser votre présence sur Google et facile d’utilisation.


Articles similaires

Poster régulièrement des informations ou actualités sur mon site, quoi et pourquoi ?

Vous avez choisi de vous lancer dans la mise en ligne d’un site Internet pour votre TPE/PME, et vous vous demandez peut-être comment l’animer de façon efficace. Poster régulièrement du contenu pertinent, des informations ou des actualités est un moyen excellent de conquérir de nouveaux abonnés et surtout, de transformer vos visiteurs en nouveaux clients.

Pourquoi animer votre site Internet ?

Avoir un site Internet pour votre entreprise est essentiel, mais un site sans aucune activité ne sert pas à grand chose. En effet, les robots Google préfèrent les sites dits « actifs », c’est-à-dire qui s’alimentent régulièrement de contenu et d’actualités. Ces sites seront alors mieux référencés que des sites moins actifs, qui peuvent même être considérés par les robots Google comme étant des sites « morts », c’est-à-dire, avec un contenu inchangé depuis plusieurs mois, voire années. Voilà pourquoi il est indispensable de mettre à jour de façon régulière votre site Internet.

Quels avantages ?

Un site qui met à jour régulièrement son contenu, rassure les visiteurs. Vous donnez le sentiment d’une entreprise qui vit avec son temps et qui est active. Votre TPE/PME bouge ? Possède de nouveaux équipements ou de nouvelles prestations ? Dites-le à vos visiteurs. Votre référencement naturel, appelé aussi SEO, ne s’en portera que mieux et vous augmenterez vos chances de vous distinguer de vos concurrents qui n’auraient qu’un site non actualisé depuis des mois. Démarquez-vous, montrez que vous êtes une société dynamique. Mieux encore, non content de séduire de nouveaux clients, vous trouverez de cette façon une excellente façon de fidéliser vos clients actuels. En se tenant informés de vos actualités ou de vos nouveaux services et produits, vous augmentez leurs chances de revenir chez vous, ou mieux, de faire du bouche-à-oreille au sujet de vos nouveautés auprès de leur entourage.

Comment faire ?

Une rubrique dédiée

Pour animer votre site Internet, préférez une rubrique séparée, « actualités », « news », peu importe son nom, le visiteur doit comprendre qu’il s’agit des dernières informations à votre sujet.

Relayer les réseaux sociaux

Grâce à de logiciels ou plug-in simples d’utilisation, vous avez désormais la possibilité de relayer automatiquement vos publications sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou Youtube, directement sur votre site. Cela vous fera du contenu régulier et augmentera la portée de vos publications.

Le blog

Ajoutez un blog dans lequel vous pourrez publier des articles sur votre secteur d’activité, sur vos nouveaux services, vos nouvelles prestations… Vous pourrez également y parler des nouvelles législations en vigueur concernant votre activité, des nouvelles normes…

Que dire ?

Cela peut parfois être effrayant de se retrouver sans idée pour poster des actualités et du contenu. Pourtant il existe de nombreux domaines que vous pouvez traiter et dans lesquels vous n’avez qu’à piocher.

La vie d’entreprise

Votre TPE/PME est présente sur un salon ? Vous avez passé une nouvelle certification vous permettant de proposer de nouveaux services ? Vous venez d’embaucher un nouveau salarié ? N’hésitez pas à le mentionner. Vidéos d’entreprise, témoignages de vos salariés, moments de vie en entreprise… Vous n’avez que l’embarras du choix.

Les avis clients

Vos clients sont ravis de vos prestations ? N’hésitez pas à leur demander de laisser un commentaire, voire un témoignage s’il s’agit de prestation de grande envergure. Ponctuez-le de photos illustrant votre réalisation, de vidéos…

Vos réalisations

Soyez fiers de votre travail. Publiez sur Instagram par exemple, vos dernières réalisations, le fruit de votre expertise.

Les offres spéciales

Il existe des moments forts dans l’année durant lesquels vous pouvez proposer des promotions, des offres exclusives, des réductions… N’hésitez pas à les relayer sur votre site Internet.

Les études de cas

Vous pouvez présenter un cas particulier de votre travail. Présentez la problématique initiale de votre client (pourquoi est-il venu vous voir ?), puis votre analyse (ce que vous lui avez proposé), puis enfin, votre réponse (le travail final réalisé). Cela permettra à vos prospects de se projeter et de voir le type de réponses personnalisées que vous êtes susceptible d’apporter.


Le Mémo

Variez les contenus et postez régulièrement


Articles similaires

Comment promouvoir un événement de votre entreprise sur Facebook ?

Vous avez prévu d’organiser un événement pour votre TPE/PME et souhaitez y inviter du monde et le relayer sur les réseaux sociaux ? C’est une excellente idée ! Mais savez-vous vraiment comment créer votre événement sur Facebook et surtout, comment le promouvoir au mieux ?

Comment créer un évènement Facebook ?

Tout d’abord rendez-vous sur la page Facebook de votre entreprise. Puis cliquez sur la rubrique « évènements » dans le menu de gauche.

1

Puis, cliquez sur l’un des boutons de création d’évènement.

2

Une fenêtre pop-up s’ouvre alors vous invitant à rentrer votre photo et les informations concernant votre événement.

3

Là, choisissez alors la photo de votre événement, le nom que vous souhaitez lui donner, ainsi que le lieu et l’heure. Soyez précis sur l’adresse, cela permettra à vos invités de cliquer et d’obtenir directement le guidage pour se rendre à votre événement.

Puis, ajoutez une courte description, ainsi que les mots-clés concernant cet événement.

4Voilà, votre événement est créé ! Vous pourrez alors consulter les statistiques et le nombre d’invités dans le menu à droite.

Comment promouvoir un évènement Facebook

Une fois votre événement créé, il vous faut a présent le promouvoir. Pour cela Facebook vous donne la possibilité d’y inviter du monde. Cliquez sur le bouton « Inviter » pour choisir votre façon d’inviter. En partageant sur votre page entreprise ou en invitant nominativement les invités.

5

Qui inviter ?

Réfléchissez à ceux qui pourraient être intéressés par l’évènement. S’agit-il de vos partenaires ? De vos collaborateurs ? De vos clients ? Est-ce un évènement ouvert à tous ? N’invitez pas trop de monde, mais soignez vos invités. Assurez-vous que l’endroit choisi permette d’accueillir vos invités sans être entassés.

Vous avez la possibilité de rendre cet événement public ou privé. Choisissez de le rendre privé si vous ne souhaitez pas que des prospects s’y rendent. Cela peut être le cas par exemple pour un événement dédié à vos partenaires ou collaborateurs.

Comment  rendre encore plus visible votre événement ?

Avez-vous pensé à utiliser Facebook Ads ? Il s’agit de l’outil dédié à la publicité conçu par et pour Facebook. Il vous permettra de mettre en avant votre événement moyennant un budget prédéfini. Découvrez comment faire dans cet article.


Articles similaires:

Mais c’est quoi le Growth hacking ?

Growth Hacking, encore un anglicisme. Mais qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que cela signifie ? Et surtout, quelle importance pour une TPE/PME comme la vôtre ? Explications sur ce phénomène qui intrigue les professionnels du marketing.

Growth Hacking, kézaco ?

Inventé par Sean Ellis dans la Silicon Valley, au début des années 2010, le terme Growth Hacking est devenu monnaie courante dans le marketing et en particulier dans le jargon des start-up. Pour faire simple, le Growth Hacking est un ensemble de techniques dont l’unique objectif est de booster la croissance d’un produit ou d’un service à court terme. Le principe est simple : s’appuyer sur tous les moyens et ressources à disposition pour améliorer la croissance d’une entreprise à faible coût. Bien plus qu’une technique marketing, il s’agit là d’un état d’esprit. Pour réussir, il faudra savoir subtilement et habilement mêler audace, créativité, connaissances des médias sociaux et SEO, et surtout, ambition. En clair, il faut être malin pour trouver les astuces qui permettront de pousser sa croissance sans budget.

Le cas Airbnb

Pour vous aider à comprendre, le Growth Hacking n’emploie pas nécessairement les techniques marketings dites traditionnelles. Il va bien au-delà. C’est en cela qu’il se distingue des autres stratégies marketing habituelles. Prenons l’exemple de l’entreprise à succès Airbnb pour illustrer. À son lancement, afin que le site prenne de l’ampleur, les gérants n’ont pas opté pour une technique classique mais ont développé leur propre concept : relayer chacune de leur annonce sur le site aux millions de visiteurs journalier : Craiglist. Ainsi, leurs annonces encore peu visitées, ont pu se déployer et le site s’est vu accueillir de nombreux visiteurs en quelques jours. Une idée simple, hors des sentiers battus, à la limite de la légalité, qui s’est révélée être un franc succès.

La facilité ?

En fait, le Growth Hacking, c’est cela : sortir des sentiers battus pour tenter une stratégie originale qui assure un démarrage sur les chapeaux de roues. Seulement voilà, si cela paraît simple, avoir « la » bonne idée n’est pas aussi facile. C’est un état d’esprit qu’il faut soigner, travailler, et surtout, savoir accompagner d’un savoir-faire certain pour éviter de foncer droit dans le mur. Car l’un des pièges du Growth Hacking est de frôler parfois la frontière de la légalité. Il faut donc certes oser les techniques non conventionnelles, tout en restant avisé et surveillant les limites.

Le  AARRR ?

L’un des fondements du Growth Hacking est la méthodologie du AARRR pour Acquisition – Activation – Rétention –Referral –Revenu. En clair :

Acquisition

La première étape est de faire venir l’internaute sur la landing page. Pour cela, certains ajoutent de courtes petites phrases à la fin de leurs emails incitant à venir découvrir le site, etc… Soyez malin, c’est ici que tout se joue.

Activation

Une fois sur cette page, l’objectif va être de le faire cliquer pour le transformer en utilisateur, en clair, réussir à le faire s’inscrire, à télécharger quelque chose, bref, à s’intéresser à votre contenu.

Rétention

Une fois inscrit, l’utilisateur doit revenir de façon régulière. Pour cela, mises à jour, nouveaux produits ou services, nouvelles fonctionnalités doivent être mises en place pour stimuler en permanence l’utilisateur et l’inciter à revenir.

Referral

Cette étape consiste à compter sur la viralité ! C’est donc le moment crucial car c’est aux utilisateurs de faire marcher leur réseau afin de booster votre croissance. Offres de parrainages, codes de promotions, concours… la liste est longue. À vous de trouver ce qui vous correspond le mieux.

Revenus

Enfin, dernière et ultime étape, celle de la monétisation, ou comment passer de la viralité au chiffre d’affaire. Celle-ci s’applique une fois que la base d’utilisateurs réguliers est conséquente et stable. En clair, il s’agit là d’enfin gagner de l’argent grâce à toutes les étapes précédentes.


Le Mémo

Growth hacking = booster de croissance


Articles similaires

Glossaire pour comprendre le vocabulaire des statistiques de votre site internet

Ah les statistiques de site Internet… Cela peut parfois en perdre plus d’un, le vocabulaire utilisé étant inconnu par la plupart des utilisateurs ! Voici donc pour vous un lexique sur ces termes techniques afin que Google Analytics et tous les autres logiciels d’analyse d’activité n’aient plus aucun secret pour vous !

Mots-clés

Les mots-clés sont les termes utilisés pour permettre à votre site d’être référencé et permettre aux internautes de « tomber » sur votre site Internet lors de leur recherche. Par exemple, si vous êtes plombier à Tours, les termes « plombier », « plomberie » et « tours » peuvent être des mots-clés faisant partie de votre liste.

Pages vues

Il s’agit du nombre de pages consultées par l’ensemble de vos visiteurs. Si un internaute clique sur une page, puis sur une seconde page de votre site, il aura donc consulté 2 pages.

Pages par session

La différence avec le nombre de pages vues, est que le nombre de pages par session correspond au nombre moyen de pages consultées durant une session.

Session

Une session est le temps passé par un visiteur sur votre site Internet. Si un internaute se rend 2 fois sur votre site, il fera donc 2 sessions. Sur Google Analytics, les sessions se ferment au bout de 5 minutes d’inactivité, c’est à dire, sans interaction de l’internaute sur votre site. En clair, si votre lecteur s’absente de son ordinateur plus de 5 minutes, la session sera comptabilisé comme ayant duré 5 min. Et s’il revient et clique sur votre page, une nouvelle session sera lancée et chronométrée.

Taux de conversion

Ce taux correspond au nombre d’internautes ayant réalisé l’action que vous souhaitiez et que vous aurez prédéfini au départ. Par exemple, une inscription a une newsletter, un clic sur une vidéo en particulier, un achat, etc… Il s’agit d’un bon indicateur pour voir si votre site a été suffisamment efficace pour réussir à convertir un visiteur en utilisateur.

Taux de rebond

Pourcentage des visiteurs de votre site Internet qui repartent immédiatement après avoir visité la page d’accueil. Ce chiffre vous permet d’observer la capacité de votre site à intéresser et à retenir vos visiteurs.  Plus le taux de rebond est élevé, plus le temps passé par un internaute sur votre site est faible. En revanche, plus le taux de rebond est faible plus votre site a su intéressé et retenir vos visiteurs et c’est une bonne nouvelle pour vous.

Utilisateurs

Anciennement appelé « visiteurs uniques », il s’agit ici du nombre d’internautes se rendant sur votre site. Si le même utilisateurs se rend plusieurs fois sur votre site, il ne sera comptabilisé qu’une seule fois.

% de nouvelles sessions

Cela correspond au nombre de sessions ouvertes par des internautes dont c’est la première visite.


Le Mémo:

Des termes à retenir pour mieux comprendre l’activité de votre site Internet.


Articles similaires:

Les Petites entreprises deviennent-elles populaires ?

En tant que chef d’entreprise d’une TPE/PME, vous serez ravi d’apprendre que les petites et moyennes entreprises ont le vent en poupe. De plus en plus de français se sentent intéressés par ce type de société, à taille humaine. Pourquoi ces entreprises sont-elles autant attractives aux yeux des français ? Quels sont leurs atouts face aux grosses entreprises ?

Le poids des TPE/PME en France

Avant toute chose, il est essentiel de mesurer l’impact économique des TPE/PME dans la société française actuelle. La France compte aujourd’hui près de 3,1 millions de TPE et PME, ce qui représente 99,8 % du nombre total d’entreprises ! Et parmi elles, 96 % sont des microentreprises (MIC). Un chiffre qui en dit long sur le poids important des TPE/PME comme la vôtre dans le tissu économique français.

La place des salariés

Pourtant, seul 49% des salariés travaillent dans des TPE/PME. Un tel contraste entre le poids des TPE/PME et le faible nombre de salarié s’explique entre autre par le fait que 55% des TPE ne comptent aucun salarié. Mais à en croire les résultats de ces études, les choses s’apprêtent à bouger ! Ainsi, 69% des TPE sondées seraient prêtes à passer à l’action et à embaucher dans les 6 prochains mois.

Un lien étroit avec les start-up

Si les TPE/PME attirent autant, c’est qu’elles ont pour la plupart le sens de l’innovation. Et cela, les salariés adorent. C’est dans cette lignée de plus en plus de PME se lancent dans l’aventure de l’incubateur ou du partenariat. C’est-à-dire, accompagner et apporter leur aide à des start-up afin de créer une émulation positive entre les deux unités. Un excellent moyen pour les entreprises traditionnelles de s’ouvrir à l’international par exemple, car aujourd’hui, seul 11,7% des TPE/PME exportent leurs produits hors de nos frontières… Mais derrière cette aide aux start-up se cache une autre motivation : celle de distancer les concurrents en proposant de nouveaux produits ou services innovants et originaux, et d’être en avance sur le digital. Mais alors quel intérêt pour les start-up ? La réponse est simple : l’expertise et les conseils d’un chef d’entreprise qui saura au mieux les guider pour éviter de couler.

Les TPE/PME dans le cœur des français

Il faut dire ce qui est, les français aiment les petites et moyennes entreprises. Pour preuve, d’après une enquête, 88% des français interrogés déclarent trouver plus utiles les dirigeants des TPE/PME que les dirigeants politiques (16%). De nombreuses raisons expliquent cela, notamment le fait que les petites et moyenne entreprises favorisent le développement économique, l’emploi, l’innovation… Les français aiment ce qui facilite leur quotidien, et ce sont bien souvent les TPE/PME qui répondent à ce besoin.

Les jeunes déjà conquis

Les jeunes diplômés sont de plus en plus attirés par les petites et moyennes entreprises au détriment des grands groupes, où il est souvent bien plus difficile d’entrer et de faire ses preuves. Qu’il est loin le temps où les jeunes sortant des études cherchaient la société dans laquelle ils effectueraient toute leur carrière. Aujourd’hui, ce qu’ils veulent, c’est débuter dans un cadre qui leur plait, avec des projets motivants. Et cela, les TPE/PME leur apportent. En plus de donner une première chance aux jeunes, une petite structure leur permet de toucher à plusieurs postes, de développer leur polyvalence, d’évoluer dans une équipe plus petite, d’évoluer potentiellement plus vite. Pas de process long et fastidieux dans une TPE/PME. Les jeunes peuvent être force de proposition et présenter leurs projets ou leurs idées nouvelles sans contrainte de hiérarchie. Enfin dans une TPE/PME, les salariés ont le sentiment de faire avancer leur entreprise, ils peuvent mesurer directement leur impact sur la croissance de celle-ci, contrairement à une grande entreprise où cet impact n’est pas mesurable.


Le Mémo

Les TPE/PME : créatrice d’emploi et source de motivation.

Source : INSEE, Les Entreprises en France 2014 (données 2011) et Etude Ipsos pour Randstad (données 2016)


Articles similaires

  • L’uberisation, qu’est-ce que c’est ? Et quelles conséquences pour les PME et TPE ?
  • [Infographie] Pourquoi les TPE/PME ont besoin d’Internet pour développer leur activité ?
  • Qui sont les acteurs de la transition numérique ?

Zoom sur la transition numérique des artisans

La transition numérique est en cours pour de nombreuses entreprises, quelle que soit leur taille et leur secteur d’activité. Depuis quelques années déjà, bon nombre d’entre elles ont commencé à opter pour des solutions novatrices et à miser sur le digital pour booster leur croissance. Parmi ce flot conséquent d’entreprises en pleine digitalisation, les artisans s’imposent. Retour sur leur transformation numérique.

Une pleine conscience de l’importance du digital

Les artisans font partie des premiers à s’être lancés dans l’aventure du tout numérique. La raison est simple : se différencier de leur concurrents et ne pas perdre leurs clients actuels.   Pour ne pas se faire distancer face aux innovations technologiques, il est  devenu indispensable pour eux de suivre le mouvement, voire même pour certains, d’en être les précurseurs. Malgré tout, cette dynamique n’est pas générale et ils sont encore nombreux à ne pas oser sauter le pas.

Les freins

Si les artisans ont conscience de l’importance du numérique dans leur domaine, il n’en existe pas moins des freins indéniables, qui les contraignent parfois à hésiter avant de se lancer.

Le coût

Bien évidemment, changer ses outils traditionnels pour de nouveaux outils digitaux a un coût. Et pour certains artisans, celui-ci peut vite devenir un frein. En effet, si investir dans le digital permet un meilleur rendement sur le moyen et long terme, cela reste un investissement relativement lourd à court terme.

La complexité

Seul 41% des artisans sont équipés en logiciels pour leur entreprise. L’une des principales raisons reste cette croyance plaçant l’outil digital en tant qu’outil complexe à maitriser. Ils craignent que ces nouveautés les amènent à perdre plus de temps qu’à en gagner. Or, de nombreux outils sont devenus simples d’utilisation.

Des produits peu adaptés

30% des artisans estiment que les produits digitaux ne sont pas assez adaptés à leurs besoins en tant qu’entreprise de petite taille. Argument qui n’est pas complétement faux. Malgré tout avec l’évolution des logiciels et les arrivées massives de start-up toujours en quête d’innovation, cette tendance devrait s’estomper d’ici quelques années.

Les atouts de la digitalisation pour la profession

Pour autant, plus d’un tiers des artisans sont convaincus de l’utilité du numérique dans leur profession.  Qu’il s’agisse d’améliorer la gestion administrative, les relations avec les fournisseurs, le démarchage de nouveaux clients ou encore la fidélisation des clients actuels, les bénéfices des outils digitaux sont nombreux.

La présence en ligne

Si 44% des artisans estime important d’être présent sur Internet, ils ne sont que 25% à posséder une page Facebook, 12% à avoir une boutique en ligne et seulement 27% à disposer d’un site Internet. Un contraste encore bien marqué, qui vise à se réduire.

De nouvelles attentes

Les artisans sont de plus en plus nombreux à passer le cap du numérique, pour autant, ils ont aussi de nouvelles attentes dans ce domaine pour les prochaines années. L’objectif : faciliter leur quotidien en tant qu’entreprise. Ainsi, 64% d’entre eux espèrent trouver dans la digitalisation des solutions permettant de faciliter les échanges avec leurs différents interlocuteurs (fournisseurs, clients, partenaires…), près de la moitié (49%) espèrent améliorer leurs relations clients et 45% améliorer leur productivité.


Le Mémo:

Une transition qui se met doucement en place mais dont l’utilité n’est plus à prouver.

Source : Sondage OpinionWay pour +Simple, Sondage Ipsos – CESI – Le Figaro


 Articles similaires

Comment animer votre site internet et vos réseaux sociaux ? 10 secrets pour créer facilement du contenu

Pour faire ressortir votre entreprise dans la jungle des réseaux sociaux, il suffit de suivre ces quelques conseils. Premièrement, vous devez adopter une stratégie digitale et vous y tenir, sous peine de voir tous vos efforts réduits à néant. En effet, animer votre site Internet et vos réseaux sociaux nécessitent une réflexion en amont. Sur quoi pouvez-vous baser cette réfléxion ? Voici nos 10 astuces pour un content marketing efficace.

1 – Le blog

Nous l’avons évoqué à plusieurs reprises dans nos articles,  pour une TPE/PME , tenir un blog est une excellente porte d’entrée pour attirer de nouveaux prospects. En effet, si vous soignez votre blog et son contenu, vous augmentez vos chances de le voir correctement référencé, notamment sur des sujets précis concernant votre cœur d’activité. N’hésitez pas à vous lancer dans cette aventure!

2 – Un planning et une ligne éditoriale définis

Pour que votre blog ou vos réseaux sociaux restent suivis par vos abonnés, il est impératif que vous fixiez auparavant un planning défini ainsi qu’une ligne éditoriale précise. Qui comptez-vous cibler ? Comment voulez-vous communiquer avec eux ? Souhaitez-vous jouer la carte de proximité avec du contenu ludique, ou plutôt la carte du professionnel avec du contenu plus « corporate* » ? Quel que soit votre choix, vous devez vous y tenir et publier régulièrement du contenu. Fixez-vous un nombre de publications par semaine et gardez le rythme.

3 – La newsletter

Instaurer l’envoi régulier d’une newsletter peut également vous aider à faire vivre le site Internet de votre TPE/PME en augmentant considérablement le trafic. Pour preuve, pour 59% des marketeurs B2B, l’e-mailing est le canal le plus efficace pour générer des revenus. Mais attention ! Pour intéresser votre audience, ne parlez pas seulement de votre entreprise. Abordez des sujets qui peuvent intéresser vos abonnés et leur donner envie de se rendre sur votre site. N’oubliez pas également, de les inciter à vous suivre sur les réseaux sociaux.

4 – Les boutons de partage

Et justement, c’est le sujet de ce point. Les boutons de partage pour les réseaux sociaux doivent figurer sur tous vos supports. Blog, newsletter, réseaux sociaux, site Internet, mais aussi cartes de visites ou campagne publicitaire… Vous devez inciter les internautes à s’abonner à vos différents comptes.

5 – Du contenu original

Pour animer convenablement vos réseaux sociaux, pensez à créer du contenu original. C’est à dire du contenu conçu par vos soins. Vidéos, photos, diaporama, tutoriels, présentation d’un produit ou d’une technique que vous utilisez… Vous n’avez que l’embarras du choix. Le tout est d’être pertinent et d’intéresser votre audience.

6 – Faire du neuf avec du vieux

Cela peut paraître contradictoire, mais il peut arriver bien souvent que publier un contenu déjà existant sur votre site en renouvelant sa forme, en l’étoffant, bref, en l’améliorant peut vous faciliter la tâche. De plus, privilégiez un contenu court, concis. L’idéal est autour de 300 mots. Si vous aviez publié un article sur votre blog que vous jugez un peu trop long, n’hésitez pas à le raccourcir afin de n’en tirer que l’essentiel.

7 – Partager le contenu des autres

Si vous souhaitez rester actif sur les réseaux sociaux, l’une des astuces à mettre en pratique est d’effectuer une veille permanente sur votre secteur d’activité. Quels sont les nouveaux produits phares ? Quelles innovations pourriez-vous proposer en avant-première pour prendre de court vos concurrents ? Mais cela va plus loin encore, car votre veille peut vous permettre de partager le contenu de grands pontes de votre secteur. Une excellente façon de créer du contenu sans y passer trop de temps.

8 – Des titres accrocheurs

Soignez vos titres pour interpeller le lecteur. Optez pour des titres courts, qui plongent dans le vif du sujet. Vos lecteurs doivent savoir immédiatement de quoi traite votre publication.

9 – Une aide précieuse

Proposez des tutoriels, des guides explicatifs, des conseils pour améliorer l’entretien de l’un de vos produits ou prestations… Mettez-vous à la place de vos clients et prospects et imaginez ce que vous aimeriez que votre prestataire publie.

10 – Pas de publicité déguisée

Dernier point mais pas des moindres : ne faites pas de publicité déguisée. N’essayez pas d’inciter à l’achat dans chacun de vos posts. Vous risqueriez de perdre vos abonnés. Votre contenu doit être intéressant et désintéressé.

corporate*: terme marketing qui signifie lié à une marque, à une entreprise


Le Mémo

Du contenu et de la régularité sont les clés du succès.

Source : BtoB Magazine


Articles similaires

Comment tirer profit des avis sur votre établissement?

S’il y a une chose que craignent les chefs d’entreprise aujourd’hui, ce sont les avis négatifs des clients. Et sur Internet, il existe tant et tant de sites permettant de s’exprimer suite à la prestation d’un professionnel quelque soit son secteur d’activité, que les risques sont nombreux. Pourtant, en étant bien conseillé, vous pouvez tirer profit des avis déposés au sujet de votre entreprise. Voici quelques astuces pour vous y aider.

Avant-propos

Avant toute chose, tout entrepreneur doit savoir que les habitudes des consommateurs français ont changé. Vous ne pouvez plus faire l’impasse sur Internet, tant il est devenu incontournable pour tout acte d’achat. Qu’il s’agisse de chercher de l’information sur un établissement ou un produit, de comparer les prix, ou de consulter les avis de clients ayant déjà franchi le cap d’achat, le consommateur se renseigne et peut passer un temps considérable à éplucher tous les sites. C’est pourquoi il existe de nombreux sites permettant de laisser des avis et/ou de comparer les prix. Ces sites sont même très sollicités et populaire comme par exemple La Fourchette, Booking, TripAdvisor, Kayak… Besoin d’une preuve supplémentaire ? Sachez que 57% des consommateurs consulteraient régulièrement les avis des internautes avant d’acheter !

Tirez parti des avis négatifs

Lorsque vous découvrez des avis négatifs au sujet de votre établissement, il est évident que cela peut vous affecter. Et pourtant, vous vous devez de garder votre sang froid.

Montrez que vous êtes à l’écoute

La première chose est de tenter d’apporter une réponse calme et sans animosité à votre client, et ce, si possible de façon publique. Le but étant de rassurer les internautes et de montrer que vous êtes à leur écoute. Cela attirera la sympathie des prospects qui se sentiront rassurés de voir que vous n’ignorez pas leurs problèmes éventuels.

Ne prenez pas tout à cœur

Sachez également que les internautes se méfient malgré tout des avis laissés par les clients. Selon une étude de Trusted Shop, ils seraient 92 % à douter de l’authenticité des commentaires laissés sur les sites. Ce qui signifie qu’un avis négatif isolé ne mettra pas en péril votre établissement. Ce sont les avis négatifs répétés qui sont dangereux pour votre réputation.

De nouvelles solutions

Enfin, sachez que le gouvernement réfléchi à la mise en place d’une législation visant à garantir la véracité d’un avis déposé. Une façon de contrôler ces retours d’expérience parfois douteux.

Tirez parti des avis positifs

La nature humaine est ainsi faite : un client satisfait aura tendance à ne pas laisser de commentaire alors qu’un client mécontent se chargera de le dire publiquement à qui veut l’entendre. Aussi, pour éviter de n’avoir que des avis négatifs, vous devriez inciter vos clients satisfaits à s’exprimer.

Incitez vos clients

Incitez vos clients à laisser un commentaire lors de leur venue. Proposez-leur de se rendre sur le site afin d’y laisser leur avis. Expliquez-leur que cela leur permet d’améliorer vos prestations.

Soyez réactif

Plus tôt vous les inviterez à laisser un commentaire, plus vous avez de chances qu’ils passent à l’acte. N’attendez donc pas quelques jours avant de leur envoyer un e-mail concernant leur avis ou leur degré de satisfaction, mais parlez-en directement avec eux, en face à face !


Le Mémo

Un avis contrôlé est un avis optimisé.

Source : Credo, Trusted Shop


Articles similaires