Emailings : 6 règles pour ne pas finir dans les SPAMS

Revenir aux articles
<strong>Emailings : 6 règles pour ne pas finir dans les SPAMS</strong>
20 avri

Emailings : 6 règles pour ne pas finir dans les SPAMS

Si vous avez décidé en tant que TPE/PME de créer votre première campagne d’emailings, il vous faudra rester vigilent pour ne pas tomber dans le piège du SPAM. Mais qu’est-ce donc que le SPAM ? Tout simplement le terme utilisé pour désigner le courrier indésirable, vous savez, celui qui va tout droit dans la corbeille, sans même que votre destinataire l’ai lu. S’il est très facile de lancer une campagne d’emailing, il est un peu plus complexe de déjouer le filtre anti-spam. Voici quelques règles et conseils précieux pour vous éviter de finir à la poubelle.

La sursollicitation

S’il est de plus en plus difficile d’atteindre la messagerie des internautes, c’est que les fournisseurs d’accès Internet (appelé aussi FAI), et les messageries redoublent d’effort pour les protéger. En effet, avec l’ère du tout Internet, la quasi intégralité des entreprises, petites ou grandes, ont pris d’assaut les boites mails de leurs prospects et clients. Face à cette sur sollicitation, les barrières sont devenus nombreuses. Voilà pourquoi il est essentiel de fournir un contenu concis, pertinent pour assurer la délivrabilité de votre email.

Sur quoi se basent les filtres ?

Les filtres anti-spams se basent sur plusieurs critères. L’un des plus importants est le spamwords. Il s’agit d’une liste de termes à éviter pour ne pas filer directement à la benne.

Attention, cela ne veut pas dire que vous avez interdiction d’employer ces mots. Simplement de les utiliser à bon escient et sans trop de répétition. Car c’est sur la multitude de spamwords et leur combinaison que les filtres vont se baser.

Par exemple, vous pouvez utiliser le terme « promotions » mais évitez de le marier aux termes « réductions », « exclusives », « promotionnelles »…

Nos conseils

1- Être à jour

Certes, il n’est pas toujours simple de collecter les informations permettant de définir une bonne base de données. Mais il est impératif de mettre à jour régulièrement cette base, si vous voulez optimiser votre délivrabilité.

Si un email vous revient, évitez d’insister. Supprimer l’adresse de votre base de donnée. De même, si vous recevez des demandes de désabonnement ou de désinscription à votre newsletter, n’insister pas et cessez immédiatement tout envoi. Vous avez tout à gagner à avoir une base de donnée à jour.

2- Montrer patte blanche

Parmi le flot de courriers que reçoivent quotidiennement les internautes, si vous voulez avoir une chance d’être lu, identifiez-vous. Pour cela, choisissez une adresse mail clair et valide.

Si vous avez un nom de domaine au nom de votre entreprise, créez-vous une adresse depuis ce site. Attention toutefois, évitez les info@ZZ ou postmaster@CC ou encore Contact@SS. Préférez votre prénom@votre nom de domaine.

Il en va de même pour votre nom d’expéditeur. Evitez de laisser votre destinataire dans le flou. Une fois votre nom d’expéditeur et votre adresse email créé, évitez d’en changer. Vos lecteurs sauront ainsi reconnaître vos emailings et choisiront plus facilement de vous lire.

3- Susciter la curiosité

Pour donner envie à vos destinataires d’ouvrir votre email, il faut l’attirer, attiser sa curiosité.

Soignez l’objet de votre email. Il est comme le titre d’un livre. Il doit donner envie sans trop en dire. Choisissez donc un objet concis, qui en dit suffisamment mais pas trop.

Pas si simple ? Rassurez-vous, cela n’a rien de trop compliqué. Il suffit de vous mettre à la place des internautes. Quels emails vous donneraient envie d’être ouverts ?

Les pièges à éviter

  • Evitez les majuscules
  • Limitez les caractères spéciaux comme €, %, !..
  • N’employez pas les spamwords tels que : gagnant, félicitations, promo, réductions…

4- Rendre l’internaute unique

Pour cela, personnalisez au maximum votre message. Insérez le prénom de votre destinataire, si vous en avez la possibilité, rappelez lui sa dernière commande et prenez des nouvelles de son achat.

Par exemple : Cher Audrey, êtes-vous satisfaite de votre récent achat chez nous ?

5- Ne pas le noyer

Evitez d’assaillir vos destinataires d’emailings à tout va. Il vaut mieux en envoyer moins mais avec des informations pertinentes que de les noyer sous un flot constant de messages.

6- Semer les emails

Essayez de cadencer, c’est-à-dire de répartir vos envois sur plusieurs jours. En effet, les serveurs ont tendance à suspecter un email faisant partie d’un grand nombre d’envoi simultané.

 


Le Mémo

Soyez malin et montrez qui vous êtes.


Articles similaires

Comment savoir si votre campagne emailing fonctionne ?

J’envoie ma première newsletter

A quels moments communiquer avec vos clients ?

  • 3 commentaires
Revenir aux articles

Commentaires