Fidéliser mes clients

Revenir aux articles
Newsletter : 8 erreurs à ne pas commettre
13 aoû

Newsletter : 8 erreurs à ne pas commettre

Dans toute stratégie digitale, s’inscrit désormais la célèbre newsletter. Ce journal numérique d’information et d’actualité sur votre entreprise et son secteur est devenu un passage obligé pour fidéliser sa clientèle.

Mais attention, si le concept paraît simple : envoyer des informations sur sa société et son actualité, les nouveaux produits phares, les offres promotionnelles en cours…, l’envoi d’une newsletter n’en est pas mois subtil.

Quelles règles à respecter pour ne pas finir au milieu de la horde de spams réguliers allant directement dans la corbeille ou pire, dans les indésirables, que reçoivent vos abonnés ?

Comment éviter les nombreux pièges parfois tentant de la newsletter ?

Voici en quelques conseils, comment déjouer les erreurs les plus fréquentes des entreprises lors de l’envoi de newsletter.

 

L’envoi sans autorisation

Commençons par ce point essentiel : l’autorisation. Avant d’envoyer la moindre newsletter, vous devez vous assurer que le lecteur a donné son accord pour recevoir vos informations.

Appelé opt-in, cet accord est une obligation légale. Sans l’accord de votre lecteur, vous ne pouvez envoyer de newsletter sous peine de voir votre adresse bannie.

 

Se passer d’un service d’emailing pro

Utiliser votre outil de messagerie personnelle tel que Gmail ou Outlook est une très mauvaise idée. Si l’accord de votre lecteur est une obligation légale, la présence d’un bouton de désinscription en est une autre.

Or, ces messageries personnelles ne permettent pas l’ajout de ce lien.

Optez pour un service pro adapté à ce genre d’envoi tel qu’ActiveTrail, Mailchimp ou encore Sendinblue. Nombre d’entre eux sont peu coûteux.

 

Un objet de mail peu attractif

Pensez à soigner l’objet de votre newsletter. C’est la première chose que verra votre abonné lors de la réception de cette dernière. Évitez donc d’être trop promotionnel, trop court ou trop long. Sachez séduire votre lecteur et lui donner envie d’ouvrir.

 

Une newsletter surchargée

Là encore, l’une des erreurs récurrente est de surcharger les informations.

Vous risquez de noyer votre lecteur dans une montagne d’information pas toujours pertinente. Pour une newsletter efficace, gardez ce crédo en tête : une newsletter = une information.

Elle doit être facilement lue, aérée, courte et concise. Evitez les textes trop longs, pensez à intégrer quelques images.

Là encore, il vous faut séduire vos lecteurs et leur donner envie de lire.

 

Une mauvaise fréquence

Attention à ne pas assaillir vos abonnés de newsletter à tout va. Bannissez l’idée d’envoyer une newsletter chaque semaine. Privilégiez un envoi mensuel, au contenu soigné qui créera de l’attente chez vos lecteurs et leur donnera envie d’ouvrir.

L’inverse n’est pas bon non plus. Laisser un trop grand d’attente entre l’envoi de vos newsletter aura un effet néfaste. Vos lecteurs ne seront pas assidus, à garder le silence trop longtemps, vous risquez de perdre vos abonnés.

Adaptez votre fréquence à votre cible. Il faut que vous sachiez rester dans l’esprit de vos abonnés, sans pour autant les surcharger.

 

Un contenu inapproprié

Tout l’intérêt d’une newsletter est d’apporter de l’information et de l’actualité au sujet de votre entreprise à ses abonnés. Soignez donc le contenu de vos messages. Il faut que votre newsletter ait une valeur ajoutée.

Si le contenu est sans intérêt ou inapproprié, vous verrez peu à peu vos lecteurs se désabonner. Gardez en tête que le contenu de votre newsletter doit être facilement lisible, aéré et concis.

Astuce

Pensez à personnaliser la lettre. En insérant le nom de votre client par exemple. Vous augmenterez ainsi considérablement vos chances d’être lu.

 

L’absence de boutons de partage

Souvent oubliés, les boutons de partage sont essentiels lors de l’envoi de newsletter. Ils vous feront gagner de nouveaux abonnés, et facilitent la tâche de vos lecteurs pour partager autour d’eux vos informations.

Ne les négligez pas !

 

L’absence de but

Enfin, il faut que vous sachiez justifier de l’envoi de votre newsletter. C’est généralement ce que l’on appelle le call-to-action. En d’autres termes : l’appel à agir, souvent représenté par un bouton incitant à une action précise. Par exemple : remplir le formulaire, découvrir le produit, regarder la vidéo…

De plus, réfléchissez en amont. Quel est le but de cet envoi ? Est-ce la réception d’un nouveau produit que vous voulez inciter à essayer ? Est-ce l’incitation à la prise de rendez-vous ?

Quoi qu’il en soit, il vous faudra rédiger un call-to-action clair et précis pour inviter le lecteur à agir comme vous le souhaitez.

 


Le Mémo :

  • Une newsletter simple, aérée et concise
  • Un seul objectif par envoi
  • Accord du lecteur obligatoire.

Articles similaires :

Réseaux sociaux : les pièges à éviter

Comment une newsletter peut m’aider à développer mon activité ?


 

  • 3 commentaires
Revenir aux articles

Commentaires